image9

Les tapis traditionnels kirghizes par Sarah Constantin

présenté en mars 2019

 Le tapis est fabriqué à partir d'une matière première, la laine de mouton. Une fois coupée, elle est séchée, elle peut être teintée.

L'Ayaliz

La laine est étendue avec la forme finale souhaitée, puis enroulée au sien d'une natte. Elle est imbibée d'eau bouillante à travers la natte, et le tout est ensuite consolidé par une seconde couverture encordée autour. Puis vient l'étape du tassement de la laine avec les battements des pieds en faisant avancer le rouleau (1 à 5 heures). Le tapis est ensuite déroulé et sorti de la natte, imbibé à nouveau d'eau bouillante et frappé avec les avant-bras. Il sèche ensuite au soleil après avoir été rincé.

Le Shyrdak

Il est créé à partir de différentes pièces de feutres de couleur, réalisées séparément. Ces pièces sont découpées selon des motifs traditionnels, et leur assemblage par couture nécessite plusieurs mois. Les motifs sont soigneusement découpés dans un tapis de couleur, ainsi le tapis sera utilisé pour deux shyrdaks. Ensuite ces premiers éléments sont cousus grossièrement entre eux. Le tout est assemblé puis doublé d'un tapis feutre qui fera la couche du dessous. Enfin tous les contours sont brodés de laine.